Saint-Martory au fil de la Garonne

Article écrit par J-J Navarro


Saint Martory n’était pas encore née que les hommes de la préhistoire des grottes de  » LA TOURRASSE  » et de  » MONTCONFORT  » profitaient déjà des largesses du fils de l’antique dieu GAR (harpons en bois de renne). A l’époque romaine St Martory avait pour nom CALAGURRIS et était une grande étape des routes vers DAX, ST LIZIER, ou ST BERTRAND de COMMINGES, c’est de cette période qu’un premier pont a dû voir le jour, suivi par d’autres à l’époque médiévale . Une pile subsiste encore, et on peut y voir les restes romains joints à une pile médiévale à avant-bec. Ces ponts qui séparaient un temps le Languedoc de la Gascogne ont vécu les guerres de religion qui avaient obligés les habitants à créer un pont levis (décembre 1568 ). L’activité sur la Garonne a toujours été d’une grande importance : tout d’abord les moulins fariniers(premiers documents sur les moulins 1259) qui furent transformés en foulonneries ( travail des cadis et autres tissus ) avant de servir les industries papetières (APPAS, BARTHIER, LE FOULON) et aujourd’hui la production électrique.

Notre Garonne a été un grande voie pour le transport : radeliers, et barquants (propriétaires et ou fabricants de barques au XVIème siècle) avaient leur port en cet endroit qui devait délimiter la partie flottable de la partie navigable du fleuve (pas toute l’année) . Bois de chauffage pour Toulouse, mats de navires, marbres de Versailles calcaires de construction… ont emprunté la Garonne .

Bien des récits nous narrent les naufrages de ces hommes . C’est en 1846 que vont débuter les travaux du canal de navigation et d’irrigation de St Martory, il sera inauguré en 1877. Cette Garonne a vu grandir Norbert Casteret dont il a découvert la source (trou du taureau). Ce célèbre spéléologue a raconté son village dans un de ses romans, Terre Ardente.

Citons le poète Jean Suberville grand prix de poésie de l’académie française :

Tu n’étais pas encore née

Ville aux paisibles destinées

Que dévalant des Pyrénées

Tel un jeune taureau hagard

Le fils torrentueux de l’antique dieu Gar

Battait le flanc de l’Escalère

Là, forcé d’infléchir sa grondante colère

Et poussant dans le val son élan furibond

Eventrait la montagne à Boussens et d’un bond Roulait dans la plaine servile

Ode à St Martory, 1929.

%d blogueurs aiment cette page :